économie’ au Burkina Faso


Développement, Économie et Dette du Burkina Faso

Au risque de me faire certains amis … On me parle souvent de la dette et de la faiblesse de l’économie du Burkina Faso. Les gens que je connais, de par leur culture, leur éducation, leur vision du monde sont nombeux à penser que l’Afrique et le Burkina Faso par exemple sont endettés et un mauvais exemple de développement de part l’ignorance, la corruption, la mauvaise gestion, le népotisme, le tribalisme et autres causes semblables et faux semblant.

Au sujet de la dette du Burkina Faso et d’autres pays Africains, Asiatiques, Sud-Africains, Carabéens et même Occidentaux, une phrase de L’ancien président de Burkina Faso, Thomas Sankara résume mieux la situation des dettes contractés par les politique que je ne pourrais le faire : « Ils ont jouer, ils ont perdus, c’est la règle du Jeux, la vie continue« .

Je vous laisse réfléchir en écoutant cet extrait du discours qu’à livré l’ancien Président assassiné du Burkina Faso Thomas Sankara et me fascine de l’actualité de ce discour ( on n’a qu’à penser à nos frère Haitien, Argentins ou encore Grec et même les citoyens Américains, Sud Africains, Canadiens pauvres de toute origines et couleur de peaux confondus ).

Peuples du monde unissez-vous, car nous sommes jaunes, noirs, blancs, rouges, bleus mais ensemble nous sommes plus puissant qu’eux!  La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
Classé dans Économie et développement, Politique et histoire du Burkina, Symboles nationaux | Commentaires (0)

Accès et couverture Internet haute vitesse via ADSL au Burkina Faso

Internet par ADSL mieux connue sous le nom d’Internet Haute Vitesse est disponible depuis peu au Burkina Faso et devrait contribuer à l’augmentation de l’accessibilité à des connections Internet dignent de ce nom et par le fait même à la croissance économique et culturel du Burkina Faso grace aux NTIC. En effet, une meilleure qualité de connection permet une expérience de navigation web plus positive et aussi plus productive car elle permet d’effectuer des tâches usuelles telle que la communication par courriel, la transmission de documents, la consultation de sites Internet beaucoup plus rapidement. On n’aura qu’a s’imaginer du temps où il n’y avait ni télécentres, ni portables, ni de NTIC …

Pour plus d’informations sur la Technologie ADSL déployée au Burkina Faso nous vous invitons a lire l’article suivant :

L’ADSL : La voie royale pour accéder à Internet

Il devient alors plus facile de consulter, d’échanger et produire des informations sur l’Internet. En effet, avec un débit de bande passante plus élevée permet le téléchargement de documents plus rapidement et il en découle des économies de temps de CFA et permet des choses qui il y a peu de temps était assez honéreuses ou même carrement impossibles ( Par exemple : Le transfers de gros documents et fichiers web était tres long en raison des contraintes techologiques liées a l’utilisation de lignes téléphonique analogique ).

Évidemment la couverture n’est pas totale, mais permet du moins pour le moment aux entreprises et administrations des principales villes du pays et à de plus en plus de télécentres d’offrir une connection Internet à leurs clients et employés plus rapide et stable. Ces derniers en ont automatiquement plus pour leurs CFA.

Principal Fournisseur :

Le Principal fournisseur est L’ONATEL ( FasoNet ) et le service ADSL répond au nom de Télia

La zone de couverture ADSL au Burkina Faso offert par l’Onatel telle qu’indiquer sur leur site Internet est de :

Zones actuellement couvertes par L’ADSL :

– Ouagadougou : toute la ville, sauf Dassasgo, Pissy, tampouy.
– Bobo-Dioulasso : toute la ville

– En cours de couverture : Banfora, Koudougou, Koupela, Tenkodogo, Kaya, Dassasgo, Pissy, tampouy

– A couvrir à moyen terme : Ouahigouya, Fada, Dédougou, Boromo

Pour plus de renseignements sur l’offre de Télia, la tarification, les différentes vitesses de connection ou encore pour consulter le formulaire d’abonnement vous pouvez visiter la page dediée à ce service ainsi que le formulaire d’abonnement ici

Tags : , , , , , , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général, Conseils de voyages, Économie et développement, Enseignement et éducation, Médias au Burkina, NTIC au Burkina Faso, Villes du Burkina | Commentaires (2)

Caricature : Le Burkina Faso immunisé contre la crise économique

Dans le contexte de la crise de la vie chère au Burkina du début de l’année, et la nouvelle crise économique qui se dévoile aux États-Unis et dans l’occident en général, voici un dessin provenant du Journal du Jeudi un hebdomadaire du Burkina faso qui nous a fait réfléchir sur l’impact de la crise économie sur les finances de gens normaux au Burkina faso dont la grande majorité vie du marché informel ou encore du fruit de son travail physique.

journaldujeudi.gif

Source : Journal du Jeudi

Nous vous invitons de plus à consulter les autres journaux de la listes des journaux au Burkina Faso afin de voir ce qui se passe dans l’actualité économique.

Tags : , , , , , ,
Classé dans Alimentation au Burkina Faso, Économie et développement, Le Burkina Faso en images, Médias au Burkina | Commentaires (0)

Les Banques et caisses populaires au Burkina Faso

Il existe de nombreuses banques au Burkina Faso. Par contre pour la plupart elles sont réservés au étrangers, entreprises, société, ONG , organisation ainsi qu’à la minorité de fonctionnaires de l’état disposant de revenus stables. Elles sont généralement affiliés avec de grandes banques Européennes ou internationales.

Tout d’abord pour les Canadiens d’origine, je vous recommande la SGBB, car elle est partenaires avec une institution Européenne qui est affiliée à une grande banque Canadienne. Elle fait partit du réseau « PLUS » et vous permettra d’effectuer des retraits AVEC VOTRE CARTE DE GUICHET normale si celle-ci porte la mention « PLUS » au verso ( ce qui est le cas de la plupart de banque ainsi qu’avec les caisses Desjardins ). Le frais ne sont pas vraiment plus élevé que les transfers ou la conversion de devises. Par contre quelque pannes surviennent parfois pendant quelques heures à certain guichets …

Société générale de banque au Burkina (SGBB)

Rue de l’Hôtel de ville

01 BP 585 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 60 35/35

E-mail : sgbb@liptinfor.bf

Banque Ouest-africaine de développement (BOAD)

01 BP 4892

Tél.(226) 50 31 07 94

Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)

01 BP 356 Ouagadougou

Tél.(226) 50 31 08 00

Banque internationale du Burkina (BIB)

01 BP 362 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 00 00

E-mail : biboua@fasonet.bf

Banque internationale pour le commerce, l’industrie et l’agriculture du Burkina Faso

(BICIA-B)

479, avenue du Dr Kwamé N’Krumah

01 BP 8 Ouagadougou

Tél.(226) 50 31 31 31

Fax (226) 50 31 31 55

E-mail : biciadg@fasonet.bf

Banque commerciale du Burkina (BCB)

Avenue Kwamé N’Krumah

01 BP 1336 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 78 78/88

E-mail : bcb@fasonet.bf

Banque agricole et commerciale du Burkina (BACB)

Avenue de la Nation

01 BP 1644 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 24 88/90

E-mail : bacb@bacb.bf

Ecobank

01 BP 145 Ouagadougou

Tél.(226) 50 31 89 75

E-mail : ecobank@ecobank.com

Bank of Africa (BOA)

Avenue de la résistance du 17 mai

01 BP 1319 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 88 70/73

E-mail : boadg@fasonet.bf

Il est à noter que pour pallié au problèmes d’accessibilité aux banques et au crédit, le mouvement Desjardins via sa fillière Développement International Desjardins coopère à la mise en place d’un réseau de caisse populaires, le Réseaux des caisses populaires du Burkina Faso (RCPB). Ce qui permet à de nombreux petits acteurs d’avoir accès à l’épargne et au crédit de manière formelle.

Tags : , , , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général, Conseils de voyages, Économie et développement | Commentaires (26)

Économie du Burkina Faso

Le Burkina Faso est un pays en voie de développement. Une situation qui s’explique en partie par la faiblesse des ressources naturelles, et de celles des prix de ces ressources naturelles sur le marché mondial, l’aridité des sols et l’absence de mise en valeur durant la période coloniale, la démographie. L’agriculture représente 32% du produit intérieur brut et occupe 80% de la population active. Il s’agit principalement d’élevage mais également, surtout dans le sud et le sud-ouest, de culture de sorgho, de mil, de maïs, d’arachides, de riz.

Dominée par le coton, dont le pays est le premier producteur en Afrique avec 700 000 tonnes en 2006 principalement tournées vers l’exportation, l’économie résiste tant bien que mal à la chute des cours mondiaux. Le chômage entraîne un fort taux d’émigration : par exemple, trois millions de burkinabè vivent en Côte d’Ivoire. Selon la banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest, ces migrants rapatrient chaque année des dizaines de milliards de francs CFA au Burkina Faso. Depuis les expulsions du Ghana en 1967, cette situation provoque également des tensions avec les pays d’accueil. La dernière crise remonte aux événements de 2003 en Côte d’Ivoire qui ont entraîné le retour ponctuel de 300 000 migrants. Les 1/3 de la population du pays vit en dessous du seuil de pauvreté.L’aide internationale contribue également pour une grande part à l’activité économique du pays.

Il convient par ailleurs de citer quelques productions minières qui se développent de plus en plus au Burkina Faso en raison de la conjoncture mondiale : cuivre, fer, zinc et surtout or.

Le Burkina Faso est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine et de l’Autorité de Liptako-Gourma qui est chargée de prévenir les crises alimentaires et les sècheresses par la coopération de chaque pays membre.

Quelques données économiques Générale :

  • Produit Intérieur Brut PIB par habitant:$1 600 (2006)
  • Produit National Brut PNB: $16 660 000 000 (2006)
  • Produit Intérieur Brut (PIB) – Taux de croissance réelle: 3,50 % (2006)
  • Taux d’inflation (indice des prix à la consommation):6,40 % (2006)
  • Exportations: $395 millions (2006)
  • Importations:$992 millions (2006)

Tags : , ,
Classé dans Burkina Faso en Général | Commentaires (4)