Médecine traditionnelle au Burkina Faso


ALAVI : l’Association Laafi la Viim acteur de la lutte contre le VIH-SIDA au Burkina Faso

ALAVI, l’Association Laafi la Viim ( La santé c’est la vie en mooré) est née en 1995 dans la ville de Bobo-Dioulasso pour répondre aux besoins des femmes enceintes séropositives du Burkina Faso. Le but étant de les dépistées volontairement dans le cadre d’un projet de recherche thérapeutique sur la réduction de la transmission du VIH de la mère à l’enfant au cours de la grossesse par l’administration d’AZT (projet DITRAME) et de la accompagner au cours du processus et des traitements.

Aujourd’hui, présente à Bobo-Dioulasso, Ouagadougou ainsi que dans 7 autres localités du Burkina Faso,  ALAVI oeuvre avec l’ensemble de ses partenaires et volontaires engagés dans la luttes au VIH Sida, ALAVI développe un programme de prise en charge psychosociale et médicale des personnes vivant avec le VIH/SIDA et leurs familles, la sensibilisation sur la prévention et la prise en charge communautaire du VIH/SIDA, la promotion du partenariat entre associations, la promotion du dépistage comme porte d’entrée de la prévention et de la prise en charge. Bref, en quelques mots,  comme sa mission l’indique, la promotion de la dignité et de l’ auto-suffisance des personnes vivant avec le VIH/SIDA.

Dans ce vidéo qui provient de Dailymotion, KABORE Moumouni, coordinateur du centre Tanghin Dassouri, au sein de l’association Alavi explique le fonctionnement de l’association basée à Ouagadougou au Burkina Faso.


Moumouni présente l’association ALAVI, basée au Burkina Faso
envoyé par solidairesdumonde. – L’info internationale vidéo.

Pour obtenir plus d’information sur l’organisation et les actions de ALAVI,  vous pouvez vous rendre sur leur site au : ALAVI Burkina Faso ou encore vous pouvez contacter l’organisation par mail à info@alavi-bf.org

Tags : , , , , ,
Classé dans Initiatives et Projets, Médecine traditionnelle | Commentaires (1)

Fabrication du beurre de karité au Burkina Faso et ses impacts sur les femmes

Le beurre de karité est un beurre végétal extrait de l’arbre à Karité ( Vitellaria paradoxa anciennement Butyrospermum parkii ) un arbre poussant dans les savanes arborées du Burkina Faso et de l’Afrique de l’Ouest. C’est une substance comestible extraite des fruits du karité et qui a une texture semblable au beurre d’où son nom de Beurre de Karité.

Le beurre de karité est consommé dans la cuisine traditionnelle ou utilisé dans l’industrie du chocolat comme substitut au beurre de cacao mais il est surtout connu pour ses propriétés cosmétiques comme hydratant et assouplissant de la peau. Ces propriétés font qu’il entre aujourd’hui dans la composition de nombreux cosmétiques.C’est un produit d’usage courant qui est cultivé dans au moins 16 pays producteurs soit le Burkina faso, le Bénin, le Cameroun, le Tchad, La Cote d’Ivoire, l’Ethiopie, le Ghana, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Senegal, le Soudan, le Togo,l’Ouganda et en Republique de Guinée.

La production beurre de Karité au Burkina Faso est en général le fait des femmes des région rurales et leur permet de financer leur activités économique permettant ainsi un plus grand pouvoir des femmes pour ce qui est du volet Genre et développemt. Depuis une quizaine d’années en effet, de nombreux regroupement de femmes ont commencé à produire, et à rentabiliser la fabrication du beurre de Karité notamment via l’exportation du Beurre de Karité notamment en raison de l’apparition des filières touristique et équitables. Leur permettant d’obtenir un financement mieux arrimé à la tranformation du Beurre de Karité. Car le processus de transformation du Karité en beurre de Karité est long et fastidieux : les noix de karité récoltées entre mi-juin et mi-septembre sont débarrassées de la pulpe. On obtient alors une noix dont on récupère l’amande. On la lave et la laisse sécher. Elle est ensuite concassée, torréfiée, moulue jusqu’à obtenir une pâte épaisse qui mélangée à de l’eau sera vigoureusement baratée. L’immersion dans l’eau bouillante va permettre de séparer le beurre des autres composants de l’amande, notamment les impuretés qui se déposent au fond du récipient. Une fois retiré, le beurre flottant en surface est malaxé avant d’être cuit longuement afin de permettre à l’eau de s’évaporer et aux impuretés de se déposer. L’huile (en fait le beurre liquide) ainsi obtenue sera filtrée avant d’être conditionnée. C’est un travail très difficile qui permet tout de même aux femmes des villages ruraux de participer de manière active au développement de leurs communautés.

Nous vous invitons aussi à consulter les liens suivants que nous avons sélectionnés sur le sujet :

La production de karité au Burkina Faso

Organisation SongTaaba du Burkina Faso

Le beurre de Karité : Un commerce qui aide les femmes pauvres

Burkina Faso : le commerce équitable profite aux productrices de karité

Tags : , , , , , ,
Classé dans Alimentation au Burkina Faso, Économie et développement, Entreprendre au Burkina Faso, Médecine traditionnelle | Commentaires (34)

Tradipraticiens, guérisseurs et médicine traditionnelle au Burkina Faso

Au Burkina Faso, la médicine traditionnelle, avec ses guérisseurs aux pratiques occultes aux yeux des non initiés et la pharmacie traditionnelle d’herbes, d’écorces et concoctions diverses cotoie la médicine occidentale moderne. Souvent pour des raisons culturelles, curatives et économiques nombreux sont les habitants du Burkina Faso qui ont recourts aux guérisseurs et marabouts de toutes sorte. Science ou escroquerie, les avis divergent, mais nombreuses sont les entreprises pharmaceutiques ou du produits naturelles qui convergent au Burkina Faso et dans les pays de la sous-régions tel le Sénégal, le Mali, le Togo, le Bénin et le Niger à la recherche de molécules aux propriétés curatives documentées.

Nombreux sont les Burkinabès qui ont recourt à des guérisseur et à la médecine traditionnelles qu’ils procurent afin de traiter et de soulager une vaste gammes de symptomes allant du simple mal de tête, des problèmes de digestion et musculaires jusqu’aux fièvre tropicales, paludisme et mêmes certains problèmes féminin graves tel les fibromes. Pour avoir personellement fait l’essai de certains produits lors de crises de paludisme, je suis tout à fait convaincu que certains guérisseurs traditionnels possèdent réelement la connaissance d’une pharmacie efficace tirée de la nature.

Le vidéo suivant, produit par Manivelle Productions pour Metropolis, www.metropolistv.nl , illustre le cas de Saidou Bikienga, célèbre guérisseur traditionnel qui soigne des milliers de malades chez lui à Nagréongo, un petit village et chef lieux du département du même nom, situé dans la province de l’Oubritenga et dans la région Plateau-Central.


Saidou le guérisseur
envoyé par gideonvink. – L’info video en direct.

Tags : , , , , , , ,
Classé dans La vie au Burkina Faso, Lieux et activités au Burkina, Médecine traditionnelle, Religions au Burkina | Commentaires (23)