Burkina Faso en Général au Burkina Faso


Plat national du Burkina : Le Tô Sauce Gombos

Un repas incontournable du Burkina Faso, le Tô, cette boule de mil ou de Maïs servie dans une sauce, le plus souvent au Gombos. Ce plat n’est habituellement pas très apprécié par le visiteur étranger en raison de la viscosité de la sauce au Gombos, il est cependant très apprécié des Burkinabè.

Ainsi, il reste le repas quotidien de la grande majorité des habitants du Burkina Faso tant au Zone rurale que dans les villes. Il est servis habituellement dans un grant plat commun et est consommé avec la main.

Le Tô :

Ingrédients (pour environ 6-7 personnes)

  • 1 kg de farine de mil ou de maïs ou un mélange des 2
  • 750ml d’eau pour diluer
  • 2 litres d’eau pour la cuisson
  • sel

Préparation :

  1. Versez les 750ml d’eau dans la farine pour la diluer jusqu’à obtention d’une mixture crémeuse
  2. Faire bouillir dans une marmite les 2 litres d’eau et salez
  3. Attendre que l’eau frémisser et versez-y la farine délayée par petites quantités, en tournant avec une cuillère en bois
  4. Réduisez le feu
  5. Tournez continuellement pour que la pâte cuise uniformément. Elle doit épaissir petit à petit mais ne pas craquer. Ajoutez au besoin un peu d’eau très chaude
  6. La cuisson est complète quand on obtient une pâte qui se détache des parois
  7. Moulez avec une cuillère ou avec une la main en petite galette alongées
  8. Servez chaud avec la sauce aux gombos ( recette ci-dessous)

La Sauce au Gombos :

Ingrédients

  • 15-20 gombos ( appelés aussi Okra ) frais
  • 1 cuill. à soupe de soumbala
  • 2-3 oignons
  • 100ml d’huile végétale
  • 1 piment ( Habanero )
  • sel


Préparation :

1. Tranchez puis pilez les oignons et le soumbala ensembles jusqu’à ce qu’ils forment une pâte brune.
2. Lavez les gombos, enlevez la tête, les coupez , puis pilez-les.
3. Baissez le feu pour faire mijoter le bouillon
4. Faire chauffer avec l’huile dans une casserole
5. Laissez cuire 20 minutes en remuant de temps en temps pour ne pas que les gombos collent au fond de la casserole.
6. 5 à 10 minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez le piment

Bon appétit ! Ya noogo ( c’est bon  en langue Mooré )

Tags : , , , ,
Classé dans Alimentation au Burkina Faso, Burkina Faso en Général, Conseils de voyages | Commentaires (11)

La grande Mosquée de Koudougou en image

Une photo de la grande mosquée de Koudougou ( Province du Boulkiemdé / Région du Centre-Ouest ) qui selon les statistiques que j’ai pu recueillir compte plus de 39% de musulmans dans sa population. Bien que simple de part son architecture, cette Mosquée possède un charme indéniable et occupe une place centrale au coeur de la ville.

Mosquée Koudougou Burkina Faso

Tags : , , , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général, Le Burkina Faso en images, Religions au Burkina, Villes du Burkina | Commentaires (2)

Recettes du Burkina : Riz gras au Poulet

Très consommé au Burkina Faso, le riz s’accompagne normalement de sauce et de viandes lorsque possible. Voici une recette savoureuse et simple que vous aurez très certainement l’occasion de déguster au Burkina Faso.

Liste des Ingrédients pour 4 personnes :

  • 2 Tomates
  • 2 Grosses gousses d’ail
  • 1 Chou
  • Huile Végétale ( Au Burkina on trouve souvent l’huile de Coton )
  • 3 Tasses de riz
  • 3 Tasses d’eau
  • Poulet selon la disponibilité
  • 2 Aubergines
  • 3 Carottes ou de la courge
  • 1 Cube de maggi poulet (bouillon)
  • 2 Oignon

Étapes de préparation :

Mettre l’huile dans la marmite et placer sur le feu.  Faire revenir le poulet 15 ou 20 minutes afin de bien le dorer. Ajouter la tomate hachée, le riz et l’ail, les aubergines coupées en cubes ainsi que  l’eau et laissez mijoter jusqu’à obtenir la consistance souhaité.

Bon Appétit ! Et faites nous part de vos commentaires et recettes! Nous les publierons avec grand plaisir!

Tags : , , , ,
Classé dans Alimentation au Burkina Faso, Burkina Faso en Général | Commentaires (4)

Les Banques et caisses populaires au Burkina Faso

Il existe de nombreuses banques au Burkina Faso. Par contre pour la plupart elles sont réservés au étrangers, entreprises, société, ONG , organisation ainsi qu’à la minorité de fonctionnaires de l’état disposant de revenus stables. Elles sont généralement affiliés avec de grandes banques Européennes ou internationales.

Tout d’abord pour les Canadiens d’origine, je vous recommande la SGBB, car elle est partenaires avec une institution Européenne qui est affiliée à une grande banque Canadienne. Elle fait partit du réseau « PLUS » et vous permettra d’effectuer des retraits AVEC VOTRE CARTE DE GUICHET normale si celle-ci porte la mention « PLUS » au verso ( ce qui est le cas de la plupart de banque ainsi qu’avec les caisses Desjardins ). Le frais ne sont pas vraiment plus élevé que les transfers ou la conversion de devises. Par contre quelque pannes surviennent parfois pendant quelques heures à certain guichets …

Société générale de banque au Burkina (SGBB)

Rue de l’Hôtel de ville

01 BP 585 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 60 35/35

E-mail : [email protected]

Banque Ouest-africaine de développement (BOAD)

01 BP 4892

Tél.(226) 50 31 07 94

Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)

01 BP 356 Ouagadougou

Tél.(226) 50 31 08 00

Banque internationale du Burkina (BIB)

01 BP 362 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 00 00

E-mail : [email protected]

Banque internationale pour le commerce, l’industrie et l’agriculture du Burkina Faso

(BICIA-B)

479, avenue du Dr Kwamé N’Krumah

01 BP 8 Ouagadougou

Tél.(226) 50 31 31 31

Fax (226) 50 31 31 55

E-mail : [email protected]

Banque commerciale du Burkina (BCB)

Avenue Kwamé N’Krumah

01 BP 1336 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 78 78/88

E-mail : [email protected]

Banque agricole et commerciale du Burkina (BACB)

Avenue de la Nation

01 BP 1644 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 24 88/90

E-mail : [email protected]

Ecobank

01 BP 145 Ouagadougou

Tél.(226) 50 31 89 75

E-mail : [email protected]

Bank of Africa (BOA)

Avenue de la résistance du 17 mai

01 BP 1319 Ouagadougou

Tél.(226) 50 30 88 70/73

E-mail : [email protected]

Il est à noter que pour pallié au problèmes d’accessibilité aux banques et au crédit, le mouvement Desjardins via sa fillière Développement International Desjardins coopère à la mise en place d’un réseau de caisse populaires, le Réseaux des caisses populaires du Burkina Faso (RCPB). Ce qui permet à de nombreux petits acteurs d’avoir accès à l’épargne et au crédit de manière formelle.

Tags : , , , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général, Conseils de voyages, Économie et développement | Commentaires (28)

Des médias déconnectés des populations

En lisant l’hebdomadaire EVASION du Burkina Faso je suis tombé sur un article qui m’a vraiment déplus. L’article titré LA PAGE DU SOMELLIER se veut en fait un chronique sur le vin et les produit gastronomique dans les regions couvertes.

J’ai vraiment été révolté de voir que dans un pays comme le Burkina Faso au prise avec de nombreux problèmes structuraux et conjoncturaux. Où certaines années les problèmes alimentaire affectent les citoyens à causes que les pluies ne sont pas au rendez-vous. Où les gens peinent à se faire soignés…

On pouvais tenir des propos aussi déconnectés. Personelement je me sentirais honteux.

Tags : , , , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général, Médias au Burkina | Commentaires (1)

Démographie du Burkina Faso

Comme la plupart des pays d’Afrique de l’ouest, le Burkina Faso a pour langue officielle le français. Il existe tout de même plus de 60 langues et dialectes dont les principales sont: le mooré langue parlée par l’ethnie Mossi, le samo parlé par les Samos, le fulfuldé parlé par les Peuls, le gulmancéma parlé par les Gourmantché dans l’Est du Burkina Faso, le dagara, le Dioula qui est une langue commune à plusieurs pays d’Afrique de l’ouest (la Cote d’Ivoire, le Mali, la Guinée etc…), le lobiri, le marka, le bobo, le bwamu, le senoufo, le kassena et le lyélé (langues parlées par le peuple dit Gourounsi qui en réalité s’appelle lui même « NOUN », sud-est et centre ouest) et le bissa qui est la langue parlée par l’ethnie des Boussancé appelé couramment Bissas.

Selon les données du CIA World Factbook de 2008, l’islam est la principale religion du Burkina Faso (50%) alors que 40% de la population est animiste. Les religions chrétiennes sont pratiquées par 10% de la population. Parmi les chrétiens, les catholiques sont majoritaires. Par contre il existe un dicton burkinabè qui dit que 50% de la population est Musulmane, 50% Chrétienne et 100% animistes.

  • Population : 13 200 000 habitants (en 2005). 0-14 ans : 47,5%; 15-64 ans : 49,59%; + 65 ans : 2,91%
    Espérance de vie des hommes : 47,33 ans (en 2006)
    Espérance de vie des femmes : 50,42 ans (en 2006)
    Taux de croissance de la pop. : 2,68% (en 2001)
    Taux de natalité : 45,62 ‰ (en 2006)
    Taux de mortalité : 15,60 ‰ (en 2006)
    Taux de mortalité infantile : 169,2 ‰ (en 2001)
    Taux de fécondité : 6,7 enfants/femme (en 2004)
    Taux de migration : – 0,97 ‰ (en 2001)
    Taux de croissance économique : 5,6% en 2007
    Lignes de téléphone : 3 097 400 (en 2006)
    Téléphones portables : 2 572 200 (en 2006)
    Nombre de fournisseurs d’accès Internet : 15 (en 2006)

La technologie ADSL (qui permet d’avoir de hauts débits) est disponible depuis 2005, mais le coût d’accès reste relativement élevé comparé au niveau de vie de la population.

Tags : , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général | Commentaires (0)

Économie du Burkina Faso

Le Burkina Faso est un pays en voie de développement. Une situation qui s’explique en partie par la faiblesse des ressources naturelles, et de celles des prix de ces ressources naturelles sur le marché mondial, l’aridité des sols et l’absence de mise en valeur durant la période coloniale, la démographie. L’agriculture représente 32% du produit intérieur brut et occupe 80% de la population active. Il s’agit principalement d’élevage mais également, surtout dans le sud et le sud-ouest, de culture de sorgho, de mil, de maïs, d’arachides, de riz.

Dominée par le coton, dont le pays est le premier producteur en Afrique avec 700 000 tonnes en 2006 principalement tournées vers l’exportation, l’économie résiste tant bien que mal à la chute des cours mondiaux. Le chômage entraîne un fort taux d’émigration : par exemple, trois millions de burkinabè vivent en Côte d’Ivoire. Selon la banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest, ces migrants rapatrient chaque année des dizaines de milliards de francs CFA au Burkina Faso. Depuis les expulsions du Ghana en 1967, cette situation provoque également des tensions avec les pays d’accueil. La dernière crise remonte aux événements de 2003 en Côte d’Ivoire qui ont entraîné le retour ponctuel de 300 000 migrants. Les 1/3 de la population du pays vit en dessous du seuil de pauvreté.L’aide internationale contribue également pour une grande part à l’activité économique du pays.

Il convient par ailleurs de citer quelques productions minières qui se développent de plus en plus au Burkina Faso en raison de la conjoncture mondiale : cuivre, fer, zinc et surtout or.

Le Burkina Faso est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine et de l’Autorité de Liptako-Gourma qui est chargée de prévenir les crises alimentaires et les sècheresses par la coopération de chaque pays membre.

Quelques données économiques Générale :

  • Produit Intérieur Brut PIB par habitant:$1 600 (2006)
  • Produit National Brut PNB: $16 660 000 000 (2006)
  • Produit Intérieur Brut (PIB) – Taux de croissance réelle: 3,50 % (2006)
  • Taux d’inflation (indice des prix à la consommation):6,40 % (2006)
  • Exportations: $395 millions (2006)
  • Importations:$992 millions (2006)

Tags : , ,
Classé dans Burkina Faso en Général | Commentaires (4)

Liste des Provinces du Burkina Faso

45_provinces_du_Burkina_Faso.png

Afin de mieux connaitre la géographie du pays il est bon de savoir que Burkina Faso est divisé en 45 provinces. Les noms de leurs capitales ( Chefs-lieux ) sont indiqués entre parenthèses. :

  1. Balé (Boromo)
  2. Bam (Kongoussi)
  3. Banwa (Solenzo)
  4. Bazèga (Kombissiri)
  5. Bougouriba (Diébougou)
  6. Boulgou (Tenkodogo)
  7. Boulkiemdé (Koudougou)
  8. Comoé (Banfora)
  9. Ganzourgou (Zorgho)
  10. Gnagna (Bogandé)
  11. Gourma (Fada N’Gourma)
  12. Houet (Bobo-Dioulasso)
  13. Ioba (Dano)
  14. Kadiogo (Ouagadougou)
  15. Kénédougou (Orodara)
  16. Komandjoari (Komondjari)
  17. Kompienga (Pama)
  18. Kossi (Nouna)
  19. Koulpélogo (Ouargaye)
  20. Kouritenga (Koupéla)
  21. Kourwéogo (Boussé)
  22. Léraba (Sindou)
  23. Loroum (Titao)
  24. Mouhoun (Dédougou)
  25. Nahouri (Pô)
  26. Namentenga (Boulsa)
  27. Nayala (Toma)
  28. Noumbiel (Batié)
  29. Oubritenga (Ziniaré)
  30. Oudalan (Gorom-Gorom)
  31. Passoré (Yako)
  32. Poni (Gaoua)
  33. Sanguié (Réo)
  34. Sanmatenga (Kaya)
  35. Séno (Dori)
  36. Sissili (Léo)
  37. Soum (Djibo)
  38. Sourou (Tougan)
  39. Tapoa (Diapaga)
  40. Tuy (Houndé)
  41. Yagha (Sebba)
  42. Yatenga (Ouahigouya)
  43. Ziro (Sapouy)
  44. Zondoma (Gourcy)
  45. Zoundwéogo (Manga)

Tags : , ,
Classé dans Burkina Faso en Général | Commentaires (18)

Climat du Burkina Faso

Le Burkina Faso possède un climat tropical de types soudano-sahélien ( caractérisé par des variations pluviométriques considérables allant d’une moyenne de 350 mm au Nord à plus de 1000 mm au Sud-ouest) avec deux saisons très contrastées : la saison des pluies avec des précipitations comprises entre 300 mm et 1200 mm et la saison sèche durant laquelle souffle l’harmattan, un vent chaud, sec et chargé de poussière, originaire du désert du Sahara. La saison des pluies dure environ 4 mois, entre mai-juin et septembre, sa durée est plus courte au nord du pays.

On peut donc distinguer trois grandes zones climatiques :

  • Zone sahélienne au nord : moins de 600mm de pluviométrie par an et amplitudes thermiques élevées (15 à 45 degrés).
  • Zone soudano-sahélienne entre 11° 3′ et 13° 5′ de latitude Nord. C’est une zone intermédiaire pour les températures et les précipitations.
  • Zone soudano-guinéenne au sud du pays : plus de 900 mm de pluie par an et des températures moyennes relativement basses.

On distingue deux (2) saisons inégales :

  • Une saison d’hivernage (Saison des pluies) de 3 à 4 mois (juin à septembre)
  • Une saison sèche de 8 à 9 mois (octobre à juin).

La rareté et la mauvaise répartition des pluies provoquent des migrations de plus en plus fortes des populations principalement du Nord et du centre vers les villes, le Sud-ouest du Burkina Faso et les pays de côte.La température varie de 16 à 45 degrés Celsius ; l’évaporation moyenne annuelle est estimée à 3 000 mm et la recharge annuelle de la nappe souterraine à 40 mm.

Tags : , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général | Commentaires (8)

Burkina Faso

Le Burkina Faso, également appelé le Pays des hommes intègres, et anciennement Haute-Volta est un pays enclavé d’Afrique de l’Ouest, entouré du Mali au nord, du Niger à l’est, du Bénin au sud-est, du Togo et du Ghana au sud et de la Côte d’Ivoire au sud-ouest. Il ne possède donc pas d’accès direct à la mer. Ses habitants sont les Burkinabè. La capitale du Burkina Faso est Ouagadougou, au centre du pays dans la province du Kadiogo. Sur le plan international,le Burkina Faso est membre de l’UA ( l’Union africaine ), de la CEDEAO ( Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ) et depuis janvier 2008, le Burkina Faso est membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et ce pour un mandat d’une durée de deux ans.

Ancienne colonie française, le Burkina Faso (alors Haute-Volta) obtient l’indépendance en date du 5 août 1960. Le nom actuel du pays (Burkina Faso) date du 4 août 1984, sous la présidence du Commandant Thomas Sankara surnommé Tom Sank par les burkinabè.

Le nom composé de 2 mots dans les principales langues locales soit le mooré et le dioula, il signifie la terre des hommes intègres (burkina signifiant « intègre » en Mooré et faso se traduisant par « terre » en dioula (en dioula). C’est une donc une union des deux langues principales du pays (le mooré parlé par les Mossi, ethnie majoritaire du Burkina et le bamanankan ou « langue des Bambara » ou des Dioula parlée dans la sous-région ouest-africaine) qui forme le nom du pays depuis l’indépendance renforcant ainsi l’unité entre les peuples.

Tags : , ,
Classé dans Burkina Faso en Général | Commentaires (0)