Burkina Faso en Général’ au Burkina Faso


Ancien hymne national du Burkina Faso ( alors Haute-Volta )

Voici les paroles de l’ancien hymne national de la Haute-Volta (dit hymne Voltaique) qui a été remplacé depuis 1984 par le Ditanyè (hymne de la victoire) ce dernier composé par Thomas Sankara sous la révolution.

Fière Volta de mes aieux,

Ton soleil ardent et glorieux

Te revêt d’or et de fierté

Ô Reine drapée de loyauté !

Refrain :

Nous te ferons et plus forte, et plus belle

A ton amour nous resterons fidèles

Et nos coeurs vibrant de fierté

Acclameront ta beauté

Vers l’horizon lève les yeux

Frémis aux accents tumultueux

De tes fiers enfants tous dressés

Promesses d’avenir caressées

Refrain

Le travail de ton sol brûlant

Sans fin trempera les cœurs ardents,

Et les vertus de tes enfants

Le ceindront d’un diadème triomphant.


Refrain

Que Dieu te garde en sa bonté,

Que du bonheur de ton sol aimé,

L’Amour des frères soit la clé,

Honneur, Unité et Liberté

Tags : , , , , ,
Classé dans Symboles nationaux | Commentaires (19)

Liste des journaux et médias de la presse écrite au Burkina Faso

Voici une liste des sites web des principaux journaux imprimés de la presse du Burkina Faso et des médias burkinabè offrant des informations, des analyses, des chroniques directement en ligne via leurs site web.

En faisant la lecture des ses différents journaux on peut constaté comment les prises d’opinions et la couverture peuvent êtres différentes d’un média à l’autre.

Je vous invite donc à en apprendre un peu plus sur le Burkina Faso en les consultants périodiquements pour l’évolution des questions d’actualités qui ressortent ainsi que le traitement qui leurs est accordées.

Bendré
Hebdomadaire d’informations et de réflexions.

Journal du Jeudi
Hebdomadaire satirique burkinabè

LePays
Le Groupe de Presse  » Le pays  » édite le quotidien Le pays l’hebdomadaire de détente Evasion et le mensuel Votre Santé

L’Evénement
Un mensuel où les thèmes sont abordés d’un point de vu sérieux

L’Indépendant
Journal fondé par Norbert Zongo, journaliste assassiné en 1998.


L’Observateur Paalga

Fondé en 1974, l’Observateur Paalga est aujourd’hui le plus lu des quotidiens de la capitale burkinabé. Le site de L’Observateur Paalga permet à l’internaute d’avoir accès à un condensé des articles publiés dans le quotidien et dans le supplément hebdomadaire.


San Finna

Hebdomadaire publié le lundi dont la devise est « Il n’est de liberté qu’en dehors de l’abus ».

Sidwaya
Office National de l’information et des éditions Sidwaya.

L’hebdomadaire du Burkina
Comme son nom l’indique, un hebdomadaire du Burkina Faso

Zedcom
Journal burkinabè en ligne

Tags : , , , , ,
Classé dans Médias au Burkina, NTIC au Burkina Faso | Commentaires (29)

Session de formation sur le Web 2.0 à Ouagadougou

Une session de formation sur le Web 2.0 à été organisé par IICD et YAM Net à Ouagagoudou. Cette formation permet de se familiariser avec les divers outils du Web 2.0 ou web social.

C’est en effet suite aux changements de tendances des utilsateurs et diffuseurs sur Internet qu’est née le Web 2.0, cette nouvelle manière d’aborder l’Internet, où l’utilisateur devient à la fois producteur, rédacteur et diffuseur de contenu. Bref où chacun peut faire sa place.

La session de formation informe et dirige vers l’utilisation des Wiki, blogues, site de social bookmarking et de microblogging. J’ai été surpris de voir la qualité du travail de vulgarisation et aussi l’importance mise sur la création de contenu par les utilisateurs.

Il apparait en effet important que les utilisateurs, entreprises, ONG et opérateurs du Burkina Faso se mettent à la production de contenus locaux et orienté sur leurs besoins.

Tags : , , , , , , ,
Classé dans Enseignement et éducation, NTIC au Burkina Faso | Commentaires (0)

Démographie du Burkina Faso

Comme la plupart des pays d’Afrique de l’ouest, le Burkina Faso a pour langue officielle le français. Il existe tout de même plus de 60 langues et dialectes dont les principales sont: le mooré langue parlée par l’ethnie Mossi, le samo parlé par les Samos, le fulfuldé parlé par les Peuls, le gulmancéma parlé par les Gourmantché dans l’Est du Burkina Faso, le dagara, le Dioula qui est une langue commune à plusieurs pays d’Afrique de l’ouest (la Cote d’Ivoire, le Mali, la Guinée etc…), le lobiri, le marka, le bobo, le bwamu, le senoufo, le kassena et le lyélé (langues parlées par le peuple dit Gourounsi qui en réalité s’appelle lui même « NOUN », sud-est et centre ouest) et le bissa qui est la langue parlée par l’ethnie des Boussancé appelé couramment Bissas.

Selon les données du CIA World Factbook de 2008, l’islam est la principale religion du Burkina Faso (50%) alors que 40% de la population est animiste. Les religions chrétiennes sont pratiquées par 10% de la population. Parmi les chrétiens, les catholiques sont majoritaires. Par contre il existe un dicton burkinabè qui dit que 50% de la population est Musulmane, 50% Chrétienne et 100% animistes.

  • Population : 13 200 000 habitants (en 2005). 0-14 ans : 47,5%; 15-64 ans : 49,59%; + 65 ans : 2,91%
    Espérance de vie des hommes : 47,33 ans (en 2006)
    Espérance de vie des femmes : 50,42 ans (en 2006)
    Taux de croissance de la pop. : 2,68% (en 2001)
    Taux de natalité : 45,62 ‰ (en 2006)
    Taux de mortalité : 15,60 ‰ (en 2006)
    Taux de mortalité infantile : 169,2 ‰ (en 2001)
    Taux de fécondité : 6,7 enfants/femme (en 2004)
    Taux de migration : – 0,97 ‰ (en 2001)
    Taux de croissance économique : 5,6% en 2007
    Lignes de téléphone : 3 097 400 (en 2006)
    Téléphones portables : 2 572 200 (en 2006)
    Nombre de fournisseurs d’accès Internet : 15 (en 2006)

La technologie ADSL (qui permet d’avoir de hauts débits) est disponible depuis 2005, mais le coût d’accès reste relativement élevé comparé au niveau de vie de la population.

Tags : , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général | Commentaires (0)

Burkina Faso

Le Burkina Faso, également appelé le Pays des hommes intègres, et anciennement Haute-Volta est un pays enclavé d’Afrique de l’Ouest, entouré du Mali au nord, du Niger à l’est, du Bénin au sud-est, du Togo et du Ghana au sud et de la Côte d’Ivoire au sud-ouest. Il ne possède donc pas d’accès direct à la mer. Ses habitants sont les Burkinabè. La capitale du Burkina Faso est Ouagadougou, au centre du pays dans la province du Kadiogo. Sur le plan international,le Burkina Faso est membre de l’UA ( l’Union africaine ), de la CEDEAO ( Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ) et depuis janvier 2008, le Burkina Faso est membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies et ce pour un mandat d’une durée de deux ans.

Ancienne colonie française, le Burkina Faso (alors Haute-Volta) obtient l’indépendance en date du 5 août 1960. Le nom actuel du pays (Burkina Faso) date du 4 août 1984, sous la présidence du Commandant Thomas Sankara surnommé Tom Sank par les burkinabè.

Le nom composé de 2 mots dans les principales langues locales soit le mooré et le dioula, il signifie la terre des hommes intègres (burkina signifiant « intègre » en Mooré et faso se traduisant par « terre » en dioula (en dioula). C’est une donc une union des deux langues principales du pays (le mooré parlé par les Mossi, ethnie majoritaire du Burkina et le bamanankan ou « langue des Bambara » ou des Dioula parlée dans la sous-région ouest-africaine) qui forme le nom du pays depuis l’indépendance renforcant ainsi l’unité entre les peuples.

Tags : , ,
Classé dans Burkina Faso en Général | Commentaires (0)