Burkina Faso en Général’ au Burkina Faso


Dofanka reviens sur les inondations de Ouagadougou de 2009 en slam

Le clip le déluge met en scène le jeune artiste Burkinabè Dofanka. Ce jeune issu du cartier populaire Tanghin à Ouagadougou, à déjà enregistré plusieurs morceaux qui tourne sur le ondes radio du Burkina Faso et lors de nombreux concerts à travers tout le pays. Ayant débuté sa carrière dans la mouvance du Rap africain, Dofanka se dirige par la suite vers le Slam, un style musical et poétique encore peu connu au Burkina Faso, mais qui y fait son petit bout de chemin.

Un an après les terribles et apocalyptiques inondations du 1er septembre 2009 à Ouagadougou : Le 1er septembre 2009, à Ouagadougou, il est tombé, en moins de 12 heures, plus de 300 mm d’eau. Dans ce morceau de l’artiste Dofanka des textes réfléchis et percutant pour se souvenir de ces inondations qui auront fait 3 morts et plus de 150 000 sinistrés relocalisés dans l’urgence. Ces innondations, dramatiques, auront toutefois une conséquence positive : un fantastique élan de solidarité qui s’est manifesté dans la capitale et dans tout le pays, pour porter assistance aux sinistrés.

Le clip réalisé par Gérard Penkhoss photographe de profession passé à la camera vidéo depuis un peu plus d’un an et qui à déja réalisé 4 documentaires dont 3 passent régulièrement sur plusieurs chaines TV du Burkina  comme la RTB, BF1, TV Z. Attiré par la musique, l’écriture et le slam, il a enregistré avec Dofanka plusieurs morceaux.

Voici les liens vers sont site officel et son blogue :

http://www.gerardpenkhoss.com/
http://www.gpenkhoss.skyrock.com

Nous profitons de cet article pour apporter nos meilleur souhaits et conscientiser nos lecteur sur le malheur qui frappe encore le Burkina Faso mais aussi plus fortement nos voisins et frères du Bénin qui sont actuellement frappés par de terribles innondations. Espérons pour eux que la situation se fera meilleure et que les dommages seront limités. Voici quelques articles témoignant de cette catastrophe :

Le HCR soutient 680 000 sinistrés au Bénin
Les inondations ont fait environ 60 morts au Bénin
Les inondations au Bénin ont fait 360.000 sinistrés

Tags : , , , , , , ,
Classé dans Art Africain et Burkinabé, Burkina Faso en Général, Le Burkina Faso en images | Commentaires (1)

Développement, Économie et Dette du Burkina Faso

Au risque de me faire certains amis … On me parle souvent de la dette et de la faiblesse de l’économie du Burkina Faso. Les gens que je connais, de par leur culture, leur éducation, leur vision du monde sont nombeux à penser que l’Afrique et le Burkina Faso par exemple sont endettés et un mauvais exemple de développement de part l’ignorance, la corruption, la mauvaise gestion, le népotisme, le tribalisme et autres causes semblables et faux semblant.

Au sujet de la dette du Burkina Faso et d’autres pays Africains, Asiatiques, Sud-Africains, Carabéens et même Occidentaux, une phrase de L’ancien président de Burkina Faso, Thomas Sankara résume mieux la situation des dettes contractés par les politique que je ne pourrais le faire : « Ils ont jouer, ils ont perdus, c’est la règle du Jeux, la vie continue« .

Je vous laisse réfléchir en écoutant cet extrait du discours qu’à livré l’ancien Président assassiné du Burkina Faso Thomas Sankara et me fascine de l’actualité de ce discour ( on n’a qu’à penser à nos frère Haitien, Argentins ou encore Grec et même les citoyens Américains, Sud Africains, Canadiens pauvres de toute origines et couleur de peaux confondus ).

Peuples du monde unissez-vous, car nous sommes jaunes, noirs, blancs, rouges, bleus mais ensemble nous sommes plus puissant qu’eux!  La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
Classé dans Économie et développement, Politique et histoire du Burkina, Symboles nationaux | Commentaires (0)

La Confédération paysanne du Faso ( CPF )

Saïdou Eric Ouédraogo, un des membres du conseil d’administration du CPF, la Confédération Paysanne de Faso, présente sous forme d’un petit clip vidéo les activités de la Confédération Paysanne de Faso.

On constate que la première mission du CPF du Burkina Faso est de défendre les intérêts et de représenter ses membres ainsi que leurs intérêts et préoccupations auprès du gouvernement, des partenaires et des bailleurs de fonds. Comme le Burkina Faso est un pays où l’agriculture joue un rôle centrale dans le vie de la grande majorité des habitants, l’action de cette organisation se répercute sur une bonne partie des populations surtout au niveau rurale, espace où l’on retrouve la majorité des habitants du pays.

SOS Faim Vidéo:la Confédération paysanne du Faso
envoyé par SosFaim. – L’actualité du moment en vidéo.

On retrouve plus d’informations sur la CFP sur leur site web lequel peut être consulter ici :

Conférération Paysanne du Faso

Voici d’ailleur les missions que c’est donnée  la Confédération Paysanne de Faso :

  • La promotion de la solidarité entres les organisations membres ;
  • La concertation et la coopération entre elle et d’autres organisations faîtières au niveau national et international ;
  • La négociation avec l’État et les partenaires au développement sur les intérêts communs aux organisations membres au niveau national et international (orientation de la politique agricole, fiscalisation des intrants, produits et équipements agricoles, question foncière, code des investissements en agriculture et en élevage etc…;
  • La représentation de ses membres au niveau national et international en respectant le principe de subsidiarité avec ses membres ;
  • La collecte, le traitement et la diffusion des informations d’ordre général (touchant au monde rural) et spécifique;
  • L’interpellation des autres acteurs (État, PTF, ONG…) sur des questions de préoccupation des organisations paysannes.

Tags : , , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général, Économie et développement, Entreprendre au Burkina Faso, La vie au Burkina Faso | Commentaires (0)

Une Mission humanitaire au Burkina Faso

La mission humanitaire du BDE de l’ENSIETA s’est déroulée en juillet 2009, a regroupé 7 étudiants à Saponé au Burkina Faso. Ils avaient deux objectifs, donner des cours de sciences à des lycéens, construire avec leur fond un chateau d’eau servant pour presque 200 foyers. Grands remerciements à Bi Songo, l’ENSIETA, la 2AE, le BDE, Brest, la région Bretagne, la Seine Maritime, la ville de St Jean de Folleville et tous ce qui les ont soutenus.

Je salut au passage mes amis François Zombdi et Nestor Zongo de ANERSER qui font un travail super auprès des jeunes de la rue à Saponé !

Tags : , , ,
Classé dans Burkina Faso en Général | Commentaires (1)

Une université Canadienne qui offre le MBA à Ouagadougou

Lundi 25 janvier 2010 avait lieu le lancement du programme de Master of Business Administration ( MBA ) CEDO de Ouagadougou,Le centre d’enseignement à distance de Ouagadougou (Cedo). C’est avec l’appui de l’Université de Moncton du Canada que ce programme délocalisé à vu le jours et devrait permettre aux cadres burkinabè de parfaire leur formation professionnelle.

Le 2 janvier dernier les cours ont débutés tout d’abord par une mise à niveau qui devrait durer quelques mois. Ensuite, des enseignants canadiens viendront à Ouagadougou pour dispenser des cours. De nombreuses matières sont au programme: management, gestion financière, gestion des conflits et des ressources humaines et comptabilité entre autres. La promotion, qui vient ainsi de se lancer à la conquête du MBA, devrait disposer des outils nécessaires pour mieux performer dans leur domaine d’activité respectif. C’est d’ici 24 mois que les premiers 39 étudiants inscrits à se programme délocalisée à Ougadougou par l’Université de Moncton devraient obtenir le préstigieux MBA.

Le programme à vu le jour après plusieurs mois de négociations mené entre autres par les responsables de l’association Éducation permanente du Burkina Faso qui ont finalement réussi à convaincre l’Université de Moncton du Canada pour qu’elle délocalise ses programmes destinés à l’obtention du MBA, un diplôme tant convoité par les cadres dans le milieu des affaires. Ce qui fait du Burkina Faso, le seul pays africain ayant bénéficié de ce genre de privilège. Le directeur général d’Éducation permanente, Julien Tougouri, explique l’initiative de son association par la nécessité de minimiser le coût de la formation si qui reviendrait plus cher si les étudiants devaient la suivre au Canada. Leur permettre donc de se former à Ouagadougou par des professeurs qui viennent du Canada pour délivrer le même contenu que le programme de l’Université de Moncton, pour finalement aboutir à la délivrance du MBA. Il s’agit donc d’une opportunité à ne pas manquer et un avantage concurenciel certain pour le Burkina Faso fassent aux pays voisins du sous-continent ouest Africain !

Tags : , , , , , , ,
Classé dans Enseignement et éducation, Initiatives et Projets | Commentaires (12)

Chefferie Royale de Tiébélé en pays Kassena, un site touristique exceptionnel du Burkina Faso

Tiébélé c’est d’abord un village, mais ce village possède un attrait touristique intéressant, La chefferie de Tiébélé. La cours royale de Tiébélé est en effet la plus grande chefferie du « pays Kassena », situé dans le sud du Burkina Faso. Son histoire est longue mais les datations restent floues. La tradition orale fait toutefois mention de son existence depui le temps des invasions djermabè, autour du 16ieme siècle. De nombreuses recherches sont et ont été menées afin de préciser l’historiques et de déterminer plus précisément le rôle de la chefferie de Tiébélé dans l’histoire du pays kassena du Burkina Faso.

La cour royale de Tiébélé est aujourd’hui une véritable attraction surtout pour les coopérants et autres touristes étrangers. L’habitat kassena y est particulièrement bien représenté avec ses décorations murales colorées (peintures et gravures géométriques) et l’authenticité de cette cour royale jusque là très bien conservée et encore habité.

La cours royale de Tiébélé comprend entre autres attraits :

À l’entrée de la concession Royale on apperçoit :

  • Le Pourrou : Un énorme tas de déchets et d’immondices que l’on retrouve devant le site et qui est sacré chez les Kassena. A l’intérieur sont enterrés les placentas des enfants nés dans la cour du chef. C’est au sommet du Pourrou que les responsable traditionnels annoncent les nouvelles aux habitants du village. Le Pourrou de Tiébélé est particulièrement grand et atteste ainsi de l’ancienneté de la cour royale et de l’importance de la famille du chef.
  • Un figuier rouge : Il atteste également de la puissance de la chefferie de Tiébélé un ancien proverbe Kassena affirme que : « Toutes les familles puissantes possèdent un figuier devant leur cour ».
  • Les pierres sacrées : Situées à côté du figuier,c es pierres sont réservées aux princes et membre de la famille de la cour royale. Il est interdit à toute autre personne de toucher ces pierres ou de s’y asseoir. Aux alentours, d’autres pierres sont réservées pour les notables du village ou les étrangers.

À l’intérieur on retrouve plusieurs types de cases :

  • Les cases Rondes ou « Draa » en langue Kassena :
  • :

    Village Kassena Sud Burkina Faso

Elle sont sont réservées aux hommes célibataires et possèdent au toit conique en paille.

  • Les cases rectangulaire ou « Mangolo » :
  • Village Kassena Burkina Faso

Qui sont réservées aux jeunes couples. Dans la société Kassena, la femme vient habiter dans la famille de son mari.

  • Les cases en huit ou « Dinian » :

Les dinian sont destinées aux vieux couples et aux enfants en bas âge. Elles comportent généralement trois pièces : une cuisine, une chambre et une salle d’accueil.

  • la case au fétiches ou Nakongo :

Situé à droite de la porte d’entrée de la cour royale. C’est la maison des ancêtres de la famille royale à l’intérieur de laquelle sont jugés les habitants du village selon la coutume.

Autre caractère particulier de l’intérieur de la chefferie Kassena de Tiébélé, les peintures et les gravures géométriques murales, réalisées par les femmes. Ces décorations murales sont typiques de tout le pays Kassena et celle de Tiébélé en particulier compte parmis les plus jolies.

Village Kassena du Burkina Faso

Tags : , , , , , ,
Classé dans Art Africain et Burkinabé, Le Burkina Faso en images, Lieux et activités au Burkina | Commentaires (1)

Le Président du Faso fait son discours annuel de la nouvelle année

Comme le veut la tradition, pour nouvel an 2010, le Président du Burkina Faso Blaise Compaoré, dans un message adressé à la Nation a présenté ses voeux les meilleurs au peuple burkinabè. « L’année 2010 sera celle de l’enracinement de la démocratie et de l’élargissement des libertés avec la tenue de l’élection présidentielle ».

Voici l’intégrale de son discours :

Peuple du Burkina Faso ;

Chers Compatriotes ;

A l’aube du nouvel an, je souhaite à toutes et à tous, une bonne et heureuse année 2010.

En ces instants précis, j’ai une pensée solidaire pour ceux de nos compatriotes qui sont affligés par la maladie et les durs combats de la vie. Je leur souhaite un prompt rétablissement et leur exprime toute ma sympathie dans les épreuves qu’ils traversent.

Chers Compatriotes ;

La vision globale de notre pays pour un monde prospère et sécurisé, s’est traduite par l’organisation du 7ème forum mondial du développement durable qui a donné la mesure de notre ambition de favoriser à Copenhague, l’engagement de la communauté internationale à assurer les équilibres écologiques sur notre planète.

A l’issue de ce sommet historique, je fonde l’espoir que les nations du monde veilleront à léguer aux générations futures, une terre vivable.

Peuple du Burkina Faso ;

L’année 2009 qui s’achève a été particulièrement riche en enseignements, en défis et en espoirs dans notre marche vers la construction d’un développement équilibré.

Les nombreuses perturbations liées à la crise économique et aux variations du climat ont profondément marqué l’évolution socio-économique de notre pays, affectant les secteurs vitaux, les revenus de nos exportations ainsi que nos capacités d’investissement.

Malgré ce contexte général difficile, des acquis importants ont été réalisés dans le domaine de la croissance, du fait du dynamisme du monde rural, du monde des affaires, des services publics et para étatiques.

En outre, l’émergence du secteur minier constitue un réel espoir d’une transformation positive de la structure économique de notre pays.

Je rends hommage aux jeunes, aux femmes et aux anciens dont la détermination, le pragmatisme et la sagesse ont fortement contribué à la réalisation de ces performances.

Les répercussions néfastes de la récession économique sur la vie de nos sociétés ont montré l’urgente nécessité de bâtir un système de gouvernance multipolaire, plus efficace, plus juste et susceptible d’engager une régulation vertueuse de l’économie mondiale.

A cet égard, la place accordée au G20 constitue l’amorce vers un nouvel ordre mondial plus respectueux des équilibres internationaux et représente une source d’espérance pour les pays les moins avancés.

Le Burkina Faso réaffirme son attachement à l’intégration économique du continent, comme voie privilégiée de réduction de la vulnérabilité de nos Etats aux chocs exogènes.

Au niveau sous régional, il nous importe d’Å »uvrer à la consolidation des institutions ouest africaines dont les performances dans la régulation de nos systèmes financiers ont été un facteur déterminant dans la limitation des effets de la grande dépression.

Concitoyennes ;

Concitoyens ;

Dans un contexte international volatile, la bonne tenue de l’administration et la gestion efficiente de nos ressources publiques sont un impératif pour le maintien des grands équilibres macro économiques et l’amélioration du climat des affaires.

La lutte contre la corruption dans toutes les sphères de la vie politique, économique et sociale est indispensable à l’accroissement de l’efficacité des dépenses publiques et des performances de notre système économique.

Dans ce sens, l’application des recommandations formulées par les institutions et organes de contrôle accroîtra l’efficience de nos actions de développement.

Chers Compatriotes ;

Au cours des 12 mois écoulés, notre vaillant peuple a une fois de plus, confirmé son savoir faire, son courage face à l’adversité et sa capacité à réaliser de grandes transformations à son profit.

Dans une synergie d’actions et avec une conscience élevée de ses responsabilités, il a relevé de nombreux défis pour l’ancrage de la démocratie et la consolidation de nos acquis aux niveaux socio-économique, culturel et sportif.

Ainsi, la définition du statut de Chef de file de l’opposition, le vote de la loi sur le quota des femmes aux élections locales et législatives, la signature de la convention collective pour les medias privés, l’adoption de la politique nationale du genre, sont autant d’indicateurs pertinents de notre ambition d’édifier une société de paix, de justice et de progrès.

Au niveau des collectivités locales, les Conseils régionaux et municipaux issus des élections de 2006, font leur expérience de la démocratie à la base de manière satisfaisante.

L’approfondissement de cette culture démocratique exige l’élaboration et la mise en Å »uvre des réformes politiques et institutionnelles répondant à notre aspiration commune de bâtir une société d’espérance et de solidarité.

Concitoyennes ;

Concitoyens ;

Le parcours historique effectué nous donne des motifs de satisfaction au regard du fonctionnement harmonieux de nos institutions et des remarquables réalisations socio économiques. Cependant, le chemin du développement intégral et durable comporte de nombreux défis à relever.

A ce titre, l’amélioration de l’accès des populations, notamment celles les plus démunies aux services sociaux de base, la promotion de la formation et de l’emploi des jeunes sont inscrites dans l’agenda politique du Gouvernement en 2010.

En matière de santé, les efforts seront poursuivis en vue d’accroître l’offre sanitaire par la réhabilitation des infrastructures existantes et la construction de nouveaux centres médicaux. La lutte contre la pandémie du VIH Sida sera renforcée à travers la gratuité du traitement par les antirétroviraux pour compter du 1er janvier 2010.

La valorisation du capital humain, principal levier de développement se traduira par la conduite des actions prioritaires suivantes en faveur du système éducatif :

la construction d’infrastructures scolaires et universitaires ;

le renforcement des stratégies de lutte contre les disparités, notamment de genre ;

l’adoption d’un statut particulier des enseignants – chercheurs.

Chers Compatriotes ;

Le renforcement de la politique de désenclavement nous impose des investissements soutenus dans les domaines routiers, ferroviaires et aéroportuaires.

La construction et l’aménagement de pistes rurales et d’ouvrages d’art dans toutes les régions sont également des impératifs pour le raffermissement du processus de décentralisation.

En outre, il convient d’élargir le réseau d’interconnexion électrique avec la Côte d’Ivoire afin de faciliter l’approvisionnement de notre pays en énergie et d’accroître les possibilités de desserte des différentes localités.

Chers Compatriotes ;

La réalisation du bien-être des populations exige la mise en Å »uvre méthodique de nos capacités individuelles et entrepreneuriales en termes d’organisation et d’innovation.

C’est dans cette optique qu’une stratégie de croissance accélérée et de développement durable sur la période 2011-2015, sera adoptée pour constituer un cadre fédérateur de nos politiques économiques et sociales.

Peuple du Burkina Faso ;

La paix sociale dans notre pays est fortement liée à celle du continent africain. Sans une stabilité durable, l’Afrique ne saurait relever avec succès les nombreux défis de son développement.

Le Burkina Faso a privilégié cette vision tout au long de son mandat au Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies et au Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine.

Dans cette perspective, nous devons continuer de déployer des efforts pour le retour de la paix dans les pays en conflit, par l’établissement du dialogue entre les différents protagonistes.

Concitoyennes ;

Concitoyens ;

Les grandes nations se fortifient à l’épreuve des difficultés et s’inspirent des riches et fertiles expériences de leur histoire pour façonner leur destin.

L’année 2010 sera celle de l’enracinement de la démocratie et de l’élargissement des libertés avec la tenue de l’élection présidentielle.

J’invite le peuple burkinabè dont la détermination au labeur et le sens élevé du patriotisme sont exemplaires, à cultiver davantage la fraternité et la solidarité.

Le cinquantenaire de notre indépendance qui sera célébré dans la ville de Sya, doit constituer un tremplin pour la concrétisation de notre ambition commune de bâtir un Burkina Faso émergent.

J’exprime ma gratitude aux amis du Burkina Faso, aux partenaires au développement et à toutes les communautés étrangères dont le soutien constant conforte notre mouvement déterminé vers le progrès.

A nos compatriotes de l’extérieur, je renouvelle ma reconnaissance pour leur immense contribution à la construction de notre patrie.

Chers Compatriotes ;

Concitoyennes, Concitoyens ;

Convaincu de votre détermination à vous engager avec enthousiasme sur les vastes chantiers d’édification d’un Burkina Faso confiant et solidaire, je vous réitère mes voeux de bonne et heureuse année 2010.

Blaise Compaoré

Président du Faso

Tags : , , , , , , , , ,
Classé dans Économie et développement, Politique et histoire du Burkina | Commentaires (0)

Fabrication et Consommation du Dolo, la Bière de Mil du Burkina Faso

Le Dolo, qui se nomme aussi Tchapalo selon la région ou l’on se trouve, est une boisson fermenté à base de mil très populaire dans de nombreuses régions d’Afrique de l’Ouest et au Burkina Faso. Fabriquer à base de Sorgho, le goût du Dolo est assez aigre et peu évoquer un peu celui du cidre. Il est consommé majoritairement dans les cabarets à Dolo, mais peux aussi être apporté à la maison. Les dolotières sont les femmes qui fabriquent le Dolo, procéssus long et qui demande une bonne connaissance de cette boisson pour obtenir un produit de qualité.

Les cabarets sont souvent de simples maisons en banco, avec parfois un hangar, équipées de bancs pour les clients et occasionnellement de petites tables basses rudimentaires. Avec les calebasses de Dolo qui se boivent rapidement, les discussions sont animées, on retrouve les amis, les voisins et les connaissances et on partage un bon moment ensemble. Le court vidéo suivant illustre bien l’ambiance qui règne dans les cabarets de Dolo du Burkina Faso.


Ambiance au cabaret
envoyé par gideonvink. – Regardez les dernières vidéos d’actu.

Le Dolo est produit de manière artisanale et bien que certain essais de production industrielle ont été temptés au Burkina Faso il y a quelques années, le produit n’arrivait pas à un niveau de qualité suiffisant suite à la mise en bouteille et les projets de ce genre ont sombré dans l’oublis.

Le degrés d’alcool varie d’une région à l’autre, d’une ethnie à l’autre, selon que le Dolo est chauffé plus ou moins longuement, et la fermentation se poursuit tout au long de la journée lorsque que le soleil chauffe le Dolo.

Pour en connaitre plus sur le Dolo et la fabrication du Dolo nous vous invitons à consulter les sites web suivant :

http://www.museum.agropolis.fr/pages/savoirs/bieres/4voyage.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dolo_(bière)

Et le court vidéo suivant sur la fabrication du dolo ou bière de Mil

Tags : , , , , , , , , ,
Classé dans Alimentation au Burkina Faso, Lieux et activités au Burkina | Commentaires (5)

La vie au village de Nabadogo au Burkina Faso

La vie de village au Burkina Faso n’est pas toujours des plus facile et le travail prend une place importante. Voici une courte vidéo trouvée sur Dailymotion traitant de la vie dans le village de Nabadogo dans la province du Boulkiemdé, situé à environ 75km de la capitale Ouagadougou , au Burkina Faso. Elle relate des témoignages sur la vie en générale ainsi que les perspectives et conditions de vie de ses habitants.


Reportage à Nabadogo, Burkina Faso
envoyé par agnesdelauche. – Regardez les dernières vidéos d’actu.

Tags : , , , , ,
Classé dans La vie au Burkina Faso, Le Burkina Faso en images, Villes du Burkina | Commentaires (1)

Foire internationale du Livre de Ouagadougou édition 2008 / FILO 2008

La 8ième édition de la Foire internationale du Livre de Ouagadougou ( FILO 2008 ) aura lieu cette année du 18 au 24 Novembre 2008 sur le site du SIAO qui c’est terminé le 8 Novembre 2008. La FILO 2008 qui se veut un lieu d’échange et de promotion de la littérature et du livre Africain réunit les passionnés de littérature de l’Afrique et du monde entier. C’est en effet, une chance inespérée pour les créateurs et passionnés de littérature africaine de se regrouper et d’échanger sur le livre Africain. Cette visibilité a comme effet de participer a la promotion du livre et de la littérature au Burkina Faso et d’ainsi encourager la relève littéraire Africaine.

La FILO constitue également un espace de diffusion pour les éditeurs et libraires nationaux et internationaux, à travers la grande exposition qui se déroule tout au long de la manifestation

Le thème de l’édition 2008 de la Foire internationale du Livre de Ouagadougou est placé sous le thème de la Rémanence de l’Afrique dans la Litterature antillaise et caribéenne. On retrouve y retrouvera des expositions, la ventes de livres, des conférences, des ateliers et tables rondes sur le livre et la littérature africaine bref tout un programme de cette foire internationale du Livre de Ouagadougou édition 2008.

Un hommage particulier sera rendu cette année au grand poète martiniquais Aimé CESAIRE qui avec Léopold Senghor, Léon Gontian Damas et Guy Tirolien a fondé le courant de la négritude. Ce dernier qui nous as récemment quitté sans avant nous avoir livré des écrits d’une incroyable richesse.

Pour plus d’informations sur la place du livre Africain nous vous invitons à consulter les articles suivants :

Le domaine de l’édition et de la place du livre au Burkina Faso

Problématique du développement littéraire au Burkina Faso

Les femmes sur la scène littéraire burkinabè

Tags : , , , , , , ,
Classé dans Art Africain et Burkinabé, Économie et développement, Enseignement et éducation, Fêtes Populaires, Initiatives et Projets, Lieux et activités au Burkina, Livre en Afrique et au Burkina, Villes du Burkina | Commentaires (0)